Traducteur et réviseur principal

Les langues : un outil

Que ce soit au travail ou dans la vie de tous les jours, chacun a sa façon d’aborder de nouveaux projets. Fort de sa connaissance de nombreuses langues acquise lors de ses études universitaires en langues modernes européennes, Evgeny n’a plus peur de s’aventurer en territoire inconnu. Pour lui, chaque langue est un outil qu’il apprend à connaître. « Il y a toujours une méthode pour apprendre une nouvelle langue. Il est important d’en comprendre la syntaxe et l’origine des mots, par exemple de savoir s’ils tirent leurs racines du grec ou du latin».

Le caractère méthodique d’Evgeny se reflète également dans son travail de traduction. Avant de se mettre au clavier, il lit soigneusement chaque document afin de se donner une idée globale du texte et de noter tout obstacle à sa compréhension. Par la suite, il revient sur les mots qui ont besoin d’être clarifiés afin d’assurer une traduction précise dans le respect du style de l’auteur. Evgeny souligne que, dans son métier, il n’y pas de place pour l’ego. « Je vérifie non seulement les concepts que je ne connais pas, mais aussi ceux qui me font douter, explique-t-il. Je peux ensuite commencer à traduire ».

En tant que traducteur et réviseur principal au Service des langues étrangères du SCRS, Evgeny a également l’occasion de dispenser des services d’interprétation simultanée et consécutive. « L’interprétation s’apparente à la traduction sur papier. Seulement, en interprétation, il faut s’exécuter sur-le-champ ». Comme l’interprète n’a pas le temps de consulter ses ressources linguistiques, il doit se montrer extrêmement attentif et se préparer adéquatement. En temps normal, puisque cet aspect du métier est très exigeant, deux professionnels se partagent la tâche en se relevant toutes les vingt minutes. Pour ce genre de travail, il est essentiel d’avoir beaucoup d’expérience, car chaque erreur pourrait avoir des conséquences. Cela dit, un traducteur doit apprendre de ses erreurs s’il veut progresser.

Par-dessus tout, Evgeny valorise le maintien d’un bon équilibre de vie. « Je prends plaisir dans mon travail. Selon moi, c’est essentiel. Je suis aussi persuadé qu’il faut être capable de rentrer chez soi, de laisser son travail derrière soi et de se concentrer sur sa vie personnelle. Il est crucial de savoir faire la part des choses, et au SCRS, je suis en mesure de le faire ».

« Les noms des employés ont été modifié pour protéger leur intimité ».